1,4 million pour une place « publique » qui ne le sera pas!

1 Commentaire 📅mars 25th, 2015, 13:30

Le projet du maire de Laval et de son équipe d’investir 1,4 million pour aménager le devant de l’Hôtel de Ville de Laval suscite l’indignation des citoyens par son coût et le choix du lieu qui est hautement inapproprié.

Je me suis amusé à chercher et lire sur le concept de « Place publique » dans la littérature. Mes différentes lectures me confirment que l’aménagement prévu est un gaspillage éhonté de fonds publics et ne servira pas nos citoyens.

Vous retrouverez en bas de page des références très intéressantes sur le sujet qui viennent tout simplement invalider le projet du maire. Je veux attirer votre attention sur les éléments d’une place publique réussie selon un mémoire déposé par Monsieur Akiko à l’Institut d’urbanisme de Paris. Laval n’est pas Paris, j’en conviens, mais les principes exposés sont universels et il est assez impressionnant de voir comment le projet d’aménagement proposé ne rejoint en rien les facteurs de base d’une place publique réussie. Je vous invite à lire le chapitre 2 qui porte exactement sur le sujet qui nous concerne.

Résumé des facteurs d’une place publique réussie :

- Facteur 1 : auto-congestion : Ce qui attire la foule, c’est la foule.

- Facteur 2 : possibilité d’assise : Ces places se situent sur des avenues majeures près d’un arrêt de bus ou d’une station de métro, occupant le front d’un îlot et ayant un grand flux de piétons.

- Facteur 3 : confort (soleil, vent, arbre, eau) : Moyennant la possibilité d’assise, les gens se mettent là où il y a plus de confort.

- Facteur 4 : alimentation – beaucoup d’offres alimentaires par des vendeurs ayant un petit kiosque léger ; quoiqu’informelles, elles contribuent à l’animation.

- Facteur 5 : rue : Non seulement l’offre alimentaire, mais aussi les commerces de détail avec leurs vitrines contribuent à l’animation.

- Facteur 6 : triangulation : Le dernier facteur est ce que Whyte appelle « triangulation » : à l’aide de certaines stimulations externes, les gens partageant par hasard le même espace, se mettent à se communiquer comme s’ils se connaissaient déjà.

Dans le communiqué émis par le bureau du maire, on mentionne que :

« Pour la nouvelle administration municipale, cette «nouvelle image rompt avec le passé récent» et «symbolise l’ouverture, l’accessibilité et la proximité» qu’elle souhaite établir avec la population. »

Suite à vos lectures vos ne pourrez que constater que le projet du maire reçoit la cote « ÉCHEC » car les conditions gagnantes ne s’y retrouvent tout simplement pas. Pour les événements protocolaires, j’invite le maire à utiliser le vrai devant de l’Hôtel de Ville (qui est en fait à l’arrière) et de refaire une beauté à l’espace très intéressant qui s’y retrouve. Les coûts seront pas mal moins élevés.

Références d’intérêt:

Qu’est-ce qu’une place publique réussie en termes d’usage (le lien prend quelques secondes pour se télécharger) ?http://urbanisme.u-pec.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1259768719366&ID_FICHE=38083

Vivre en ville : http://collectivitesviables.org/sujets/espace-public/

Centre d’écologie urbaine de Montréal « Pour une ville qui marche »http://www.ecologieurbaine.net/fr/documentation/guide-techniques-documents

À propos de l'auteur

Michel Trottier
Michel Trottier Conseiller indépendant, district Fabreville
Michel Trottier habite le quartier Champfleury de Laval depuis 28 ans. Il a travaillé pendant plus de 25 ans en éducation (enseignant, directeur d’école). Retraité depuis juillet 2015, il a été à l’emploi de l’organisme « Québec en forme » à titre de responsable régional pour les régions de Montréal et Laval-Laurentides-Lanaudière de 2008 à 2015. Marié et papa de quatre enfants, il croit profondément à la vie quartier et à l’importance de services de proximité de qualité pour les familles. Il a été président de l’Association des résidents de Champfleury de 2008 à 2013.
Voir plus du même auteur

Commentaire 1

  1. Pierre Anthian
    Pierre Anthian dit: mars 25th 2015, 14:58

    Était-ce une de vos promesses électorale M. Demers?

    Était-ce une idée plébiscitée lors des dernières consultations citoyennes?

    Ce n’est pas pour cela que l’on a voté pour vous Monsieur le maire!

    Alors s’il vous plaît, laissez tomber cette idée farfelue qui ressemble à une signature, comme celle des pharaons qui voulaient laisser une marque à la postérité, en construisant leurs pyramides qui n’ont fait qu’appauvrir le peuple.

    Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués par *